Vous avez décidé d’apprendre à méditer ? Bravo pour ce bel engagement. Pour commencer, il faut savoir que méditer est un entraînement : notre cerveau est un muscle et comme le sport, pas toujours simple de se motiver parfois 🙂

Définitivement salvatrice pour l’esprit, la méditation devient pourtant un vrai besoin dès lors que nous en avons ressenti les premiers bénéfices. Les personnes sensibles pourront ressentir ce besoin d’apprendre à méditer, pour créer en elles-même un espace de calme et se détacher de la sur-stimulation. Tout comme les personnes ayant des troubles du sommeil, par exemple.

En devenant le témoin de notre vie, nous prenons conscience de qui nous sommes, nos habitudes, nos tendances. Cela nous donne la possibilité d’agir de façon plus juste… Mais si vous n’agissez pas comme il faut à un moment donné, vous ne ressentirez pas non plus de regret pour autant. Tout est une question de lâcher prise.

À ceux qui ont commencé à apprendre à méditer ou qui en ont l’intention, voici mon premier conseil : soyez patient, persévérez… et lisez ces quelques lignes 🙂

La technique de méditation

Observer, observer, observer

En théorie, la méditation est très simple : observez tout. Ce que vous ressentez, ce que vous voyez, ce que vous pensez… sans analyser… et avec bienveillance. Ce dernier point me semble important. Teintez votre entraînement méditatif de douceur et de patience.

Vous êtes très exigeants envers vous-même ? Ou au contraire, vous avez une tendance à la paresse ? Prenez en conscience et souriez. Esquisser un demi-sourire pendant quelques instants vous aidera à garder la bonne attitude.

apprendre à méditer

Plus vous serez spectateur de vous-même, plus ce sera facile de recommencer. Au début, on ne ressent pas de différence avec notre état habituel. On est plutôt dans une tentative de méditer. C’est ce travail d’observation régulier qui va affiner nos perceptions, pour ressentir progressivement cet état nouveau. 

Vous aurez souvent l’impression de ne pas avoir bien pratiqué, de ne pas vous être bien concentré. Mais en réalité, le cerveau aura acquis tout de même l’expérience. De ce fait, il n’y a donc rien à réussir !

De même, dès que vous prendrez conscience que vous n’êtes pas présent, vous deviendrez présent. Un gros avantage lorsque vous allez apprendre à méditer 🙂

Ouvrez la porte de la perception

Cette façon de se voir de façon plus neutre et détaché, c’est tout simplement merveilleux. C’est d’abord une expérience inhabituelle, comme si nous observions un tableau aux couleurs et aux formes sans cesse renouvelées : parfois c’est dense, parfois c’est minimal… Ainsi, nous pouvons aussi bien méditer dans le calme que dans le chaos.

“Le sentiment de l’ego vient du fait que l’on identifie le spectateur et le spectacle.”

C’est aussi une sorte de pouvoir que nous nous donnons : nous ne sommes plus condamnés aux ruminations mentales et aux ressentiments. Nous avons la possibilité d’en sortir à tout moment, juste en y prenant conscience, sans jugement. Ainsi, une toute autre réalité s’offre à nous, loin de nos schémas habituels, forgés par notre culture, notre éducation, etc.

Comme le dit le philosophe indien Krishnamurti, la méditation fait partie de la vie. En dehors de pratiques classiques assis sur notre coussin, inclure des méditation durant ses activités quotidiennes est très bénéfique et sera votre deuxième étape dans la pratique. Cela rend la vie plus belle, plus extraordinaire aussi. Pour moi, c’est devenu un petit jeu.

Rien à réussir donc, tout réside dans le moment présent.

Lire et pratiquer

C’est important de s’informer sur la pratique de la méditation. Bravo pour la lecture de cet article. Mais n’oubliez pas : le plus important des apprentissages est la pratique elle-même.

Apprendre à méditer est une voie qui peut changer votre vie, et bien plus encore. Mais lorsqu’on s’y engage, nous pouvons nous égarer. C’est pourquoi il est important de lire et d’être guidé par des personnes aguerries. Par contre, n’intellectualisez pas trop la méditation et expérimentez !